KENDO

15 juillet 2021
KENICHI YOSHIMURA SENSEÏ, LE JUBILÉ
Le 17 février 1970 un étudiant japonais de 21 ans débarque à Orly pour un séjour qu’il imagine durer quelques mois, 50 ans plus tard, toujours Parisien, il est devenu la pierre angulaire du kendo Français.

Le Kendo féminin en Italie

01.

KEN DO Magazine : Monsieur Yoshimura dans votre dernier ouvrage, en préambule, vous vous interrogez sur le sort facétieux qui vous avait fait quitter le Japon pour devenir instructeur en France.

Monsieur Yoshimura : C’est le hasard qui m’a poussé à venir en France ; le professeur de mon club de kendo universitaire avait fait un tour d’investigation comme chef de la délégation japonaise et il a visité plusieurs pays européens. En France il a rencontré Monsieur Claude Hamot et celui-ci a demandé à mon maître, Monsieur Takizawa, d’envoyer un étudiant afin d’aider à initier le kendo en France. Quinze jours après le retour de mon professeur au Japon, dans le vestiaire commun où pour une fois je m’étais changé à côté de lui, monsieur Takiwaza demande : « Qui étudie le français parmi vous ? » Je lui réponds par l’affirmative « Très bien, est-ce que tu veux partir en France pour un an ? » et j’ai immédiatement accepté sans lui demander pourquoi. À l’époque il était très difficile de faire un voyage du Japon vers la France le voyage était onéreux, surtout pour un étudiant, c’était donc une occasion inouïe. Puis mon professeur m’a expliqué qu’en France il y avait besoin d’un étudiant pour faire découvrir le kendo. Mais si ce jour-là je n’avais été à côté de mon professeur je n’aurais vraisemblablement pas été choisi. En effet quinze ans plus tard lors d’un séjour au Japon mes camarades du club de kendo ont organisé un banquet en mon honneur et là j’ai appris que plusieurs d’entre eux auraient souhaité aller en France ! Quand Monsieur Takizawa a proposé ce séjour je n’étais ni le plus capé techniquement dans ce groupe d’une vingtaine d’étudiants ni le plus avancé dans la pratique du français mais ils se sont tus. À ce moment-là, si l’un d’eux avait levé le bras et déclenché une sélection officielle je n’aurais jamais été pris.

02.

Vous arrivez à Orly vers 22h00, un peu inquiet, votre sac à shinai sur l’épaule et vous dites que c’est un duo étonnant qui vous accueille.

Au bout du couloir il y avait deux personnes qui m’attendaient, on aurait dit Laurel et Hardy : un monsieur très fort mais de ma taille, c’était Monsieur Claude Halmot, le second était le président de la fédération autrichienne qui lui mesurait 1 mètre 92 ! J’aurais presque attrapé un torticolis en les saluant l’un après l’autre ! Je dis cela avec beaucoup d’affection pour ces deux hommes. Ma vie Parisienne allait commencer ! Ce que ne savais pas, alors que je pensais rester une ou deux années en France c’est que l’on allait me proposer un poste salarié juste à la fin de mes études. Et puis la vie en France me plaisait beaucoup ; cette possibilité de s’exprimer directement sans attendre l’aval d’un groupe me donnait un sentiment de liberté. Au Japon il aurait été difficile à cette époque de refuser une invitation à dîner, à moins d’être malade… Le poids social était trop important, la frontière entre la vie privée et la vie professionnelle n’était pas clairement définie alors qu’en France il suffisait de dire non. Et aujourd’hui cette différence de mentalité entre la société Japonaise, même si elle a évolué, et la société Française est encore importante. Ce qui m’a obligé parfois à changer de casquette en fonction de mes interlocuteurs Japonais et Français. Chez mes compatriotes l’ego est confondu dans l’environnement il faut fonctionner en groupe et éviter les conflits.

03. 

Vous pensiez rester un an peut-être deux afin de poursuivre vos études, pour quelles autres raisons avez-vous prolongé ce séjour ?

La suite de notre article est disponible sur KEN DO Magazine

Les entrainements, les compétitions, les amis, l’arbitrage, les examens de grade… Une vie de passionnés !

01.

TYour content goes here. Edit or remove this text inline or in the module Content settings. You can also style every aspect of this content in the module Design settings and even apply custom CSS to this text in the module Advanced settings.

02.

Your content goes here. Edit or remove this text inline or in the module Content settings. You can also style every aspect of this content in the module Design settings and even apply custom CSS to this text in the module Advanced settings.

03. Les entrainements, les compétitions

Le Naginata traditionnel ressemble à une sorte de hallebarde dont la lame, plus courbée que celle du sabre japonais, possède comme lui un seul tranchant. Elle est montée sur une hampe qui pouvait atteindre deux mètres de long. Le maniement de cette arme est le Naginata jutsu et plus communément le Naginata. Dans sa forme la plus moderne, le Naginata est un escrime dont l’arme d’une longueur d’environ 210 cm, est constitué d’une lame flexible en bambou et d’une hampe en chêne. Les combattant sont protégés par une armure et les coups sont portés réellement mais sans danger. Cette discipline sportive reste un Budo et comprend d’autres pratiques moins sportives. Il existe des compétitions au niveau régional, national, européen et mondial.

Les dernières actualités du Kendo

Card image cap

KENDO

19 juillet 2021

KENICHI YOSHIMURA SENSEÏ, LE JUBILÉ

Le 17 février 1970 un étudiant japonais de 21 ans débarque à Orly pour un séjour qu’il imagine durer quelques mois, 50 ans plus tard, toujours Parisien, il est devenu la pierre angulaire du kendo Français. LIRE
Card image cap

KENDO

7 juillet 2021

REI NI HAJILMARI REI NI OWARU

Pratiquer le Kendo nous invite à faire un voyage dans le temps et l'espace, afin de partager une culture qui à force de travail sera peu à peu la nôtre. LIRE
Card image cap

KENDO

7 juin 2021

ANGELA PAPACCIO

Le Kendo féminin en Italie LIRE

KEN DO Magazine

Découvrez notre magazine papier. Toute les infos sur nos disciplines … mais pas que !
Culture, Cuisine, Expositions, Arts, Cinéma, Portrait de sensei, etc…

Plus de 450 Clubs en France

Tous nos clubs sont affiliés à la Fédération Française de Judo, Jujitsu, Kendo et disciplines associées. Nos enseignants sont tous titulaires d’un diplôme fédéral reconnu par le Ministère des Sports.

TROUVER UN CLUB EN FANCE

Contactez-Nous

FFJDA-INJ

21-25, Avenue de la porte de châtillon
75680 PARIS CEDEX 14

Tél  : 01.40.52.16.81
Fax : 01.40.52.16.80

kendo@ffjudo.com

Suivez-Nous

Le CNKDR est membre de la Fédération Européenne de Kendo-EKF
Le CNKDR est membre de la Fédération Européenne de Naginata-ENF
Le CNKDR est membre de la Fédération Internationale de Kendo-FIK

Le Comité National de Kendo et Disciplines Rattachées (CNKDR) est un organe interne de la Fédération Française de Judo, Jujitsu, Kendo et Disciplines Associées (FFJDA).
Auquel est confié la gestion du Kendo et des disciplines qui lui sont rattachées et qui sont : le Iaïdo, le Sport Chanbara, le Naginata, le Jodo et le Bô-Jitsu.
Le CNKDR a pour mission de gérer les activités techniques, sportives et administratives des disciplines ci-dessus indiquées, pratiquées par les associations affiliées à la FFJDA.

FFJDA • 21-25, Av. de la Porte de Châtillon – 75680 PARIS CEDEX 14
Tél. : 01.40.52.16.81 - Fax : 01.40.52.16.80
 Mail : kendo@ffjudo.com
© 2021 / Comité National de Kendo et Disciplines Rattachées - Tous droits réservés